Aujourd’hui, il nous faut repenser ce lieu dans lequel nous sommes implantés depuis 2013.

Il nous semble urgent de ne plus opposer nature et culture. De travailler à un projet qui pense ensemble l’art, le social et l’environnement. Le décloisonnement entre les pratiques, les générations, les milieux sociaux sont les conditions nécessaires à la lutte contre cette époque d’anthropocène dans laquelle nous sommes tous embarqués. Lutter contre l’entropie c’est inventer, c’est créer et nous souhaitons faire vivre un lieu d’expérimentation, de travail, de transmission, et de rencontre. Il nous semble nécessaire d’utiliser l’expérience et la force de l’univers de Baro d’evel pour créer un endroit insolite, un espace de liberté, de tentative et de fabrique.

Nous pensons ce lieu singulier, avec ses multiples espaces, comme une source infinie d’exploration, de recherche et de création in situ. Nous souhaitons y inviter des artistes plasticiens, peintres, scénographes, musiciens, auteurs, acrobates, constructeurs, graphistes, designers… Mais aussi des vignerons, des maraichers, des philosophes, des cuisiniers, des herboristes, des ostéopathes, des architectes, des libraires… La richesse et la diversité des points de vue et des pratiques de tous ces artistes, artisans ne pourra que déployer une énergie créatrice, un échange des savoirs et des doutes nécessaires à la pensée sur le vivant.

Nous souhaitons être au plus près de la pensée des espaces, des matériaux, et des questions énergétiques et environnementales. Nous voulons travailler à la transformation de ce bâtiment à sa réhabilitation en un lieu écologiquement responsable.

Nous tenons à développer un travail d’action sociale avec des ateliers de pratique et de transmission, utilisant la richesse et le savoir-faire des artistes de la compagnie pour permettre à tous de vivre de nouvelles expériences.

Nous rêvons ce lieu comme endroit de synergie, où l’on pourrait selon les jours ; partager une étape de création avec un artiste, participer à la coupe d’une vigne, remplir son panier de la semaine, voir un film, amener son enfant suivre un atelier autour du mouvement, ou bien assister à un spectacle de renommée internationale.

Nous souhaitons que ce lieu incarne les nouvelles utopies nécessaires à notre époque. Qu’il puisse participer à la mise en lien des personnes et réponde à notre besoin vital de nous sentir reliés aux autres ; qu’il soit à l’image de nos existences, c’est-à-dire des existences de transformation.

Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias
Lavelanet de Comminges

Située à Lavelanet-de-Comminges, à 50 kms au sud de Toulouse, sur la route de Saint-Gaudens, cette ancienne cave coopérative réhabilitée en 2013 pour nos besoins est désormais la base de repli de la compagnie. Elle permet le stockage de notre matériel et de notre cirque itinérant, nous offre une salle de répétition et de recherche, des espaces insolites de création, un espace extérieur pour implanter nos caravanes et monter le chapiteau. Elle nous permet aussi d’accueillir des compagnies pour leur travail de recherche et de création.
La compagnie construit ses créations dans des théâtres et des lieux de création équipés, cependant elle revient régulièrement dans ce quartier général pour mener des recherches plastiques et artistiques qu’elle propose au public sous la forme d’événements en extérieur.
Nous travaillons actuellement avec différents partenaires pour entreprendre une réhabilitation du bâtiment dans son ensemble afin de faire de la cave coopérative un espace d’accueil, de recherche, de création et de collaboration plus grand, plus adapté à une diversité de pratiques et plus ouvert et présent sur le territoire.

Le lieu est la propriété du SIVOM de Rieux-Volvestre, il nous est mis à disposition depuis le 1er janvier 2013. Il a fait l’objet d’une première réhabilitation accompagnée par le Pays du Sud-Toulousain et financée par le Conseil régional Midi-Pyrénées et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.

Photos : François Passerini et Arthur Bramao

icone-facebook
Suivez la Cave coopérative sur Facebook